Retourner sur visunove, appuyez sur F11 pour une meilleure lecture. Sauvegarder
Ma vie est déjà un très grand désespoir auquel je ne peux même pas vivre.
J’avais l’air d’une fille malheureuse et triste depuis toujours.
Pour être honnête avec moi-même, je ne sais pourquoi je vivais.
C’est comme si j’étais née tout simplement pour souffrir.
Tu peux essayer de rire autant de fois mais cela ne changera pas.
Tu peux être avec tes amies mais au final tu te retrouves toujours seule.
On se demande parfois si la vie vaut mieux la peine d’être vécu.
Quelle raisons de vivre derrière ces faux sourires alors qu’en réalité ces personnes te détestent ?
Même si elles t’apprécient c’est simplement pour t’utiliser comme un outil pour leur propre intérêt personnel.
Je me suis autant poser la question : quelle est le sens de mon existence ?
Pourtant, lorsque je revois mon passé.
J’étais juste une fille ordinaire qui avait des parents et je ne manquais de rien.
Mais je ne ressentais aucune joie. Aucune émotion.
C’est comme si je nageais dans le vide ou bien comme une personne qui marche sur une route obscure sans savoir où je mets mes pieds.
Au primaire, les collègues de classe me volaient mes bonbons. En temps normal, je devais réclamer à la maîtresse mais je n’ai pas pu le faire. Pas parce que je n’avais pas du courage mais je n’avais pas envie de le faire, c’est tout.
Au collège, les profs aimaient dire les bons trucs aux meilleurs élèves par contre les mauvais élèves qui avaient une faible moyenne étaient reconnus comme les plus idiots de l’univers.
Je ne pouvais pas accepter ce genre d’injustice alors bizarrement je me suis mise à travailler très durs dans mes études pour prouver que je n’étais pas une idiote ou plutôt que les idiots ne sont forcément des idiots mais des êtres humains qui ont des sentiments.
Après quelques mois plus tard, j’étais la première de ma classe. Les profs étaient surpris de mes efforts même les camarades de la classe n’en revenaient pas à y croire.
Lorsque les professeurs voulaient me féliciter. Je leur ai dit d’aller se faire foutre et je ne voulais pas entendre non plus leur félicitation.
Du coup, la haine des profs et mes camarades augmentaient a vu d’œil.
Pour les professeurs je pouvais comprendre mais pour celui des camarades je n’avais aucune idée du mal que je leur ai fait.
Ce n’est qu’avec le temps où j’ai compris qu’ils étaient jaloux de mon intelligence.
Qu’importe ce qui pense de moi ? Au moins je tue mon temps en passant à jouer aux jeux vidéo. En oubliant l’existence de ces connards.
La seule chose qui m’avait fait beaucoup rire. C’est le jour où on a découvert que le prof de science qui aimait apporter des biscuits aux élèves était arrêté parce qu’on a découvert qui mettait des spermes dans ses biscuits. Et la majorité était tombée malade suite à cette découverte.
Heureusement pour moi la haine des profs m’a empêché de faire partir la liste des victimes.
Au lycée, j’avais commencé à perdre l’intérêt d’être première de ma classe. Je trouvais qu’il n’y avait pas d’intérêt. A quoi ça sert d’être surdouée à l’école ? Juste pour récolter un simple diplôme comme le bac au final.
Bien que mes notes ont chuté, beaucoup profitaient de m’insulter, de me provoquer pour me rabaisser mais je m’en foutais ce qu’ils disaient. Parce qu’on répond toujours les idiots par le silence. Si tu essayes de les répondre ça finira soit à une bagarre soit à se créer plusieurs ennemies pour rien.
La raison pour laquelle je travaillais moins à l’école, c’est parce que je cherchais ce qui est important dans la vie. Je lisais beaucoup de livres, des scans d’animes. Et j’aimais passer mon temps à jouer ligne dans le monde mmorpg.
Le seul monde que j’appréciais c’est le monde de jeu et celui d’animes. Je me suis même demandée pourquoi j’aimais ces choses-là alors que normalement je devais m’en foutre.
Peut-être c’était mon sens à mon existence.
Du coup, j’ai passé beaucoup de temps à jouer à tel point que je négligeais mes études.
Au final, j’ai compté sur la chance pour avoir mon bac. Et je l’ai eu en fin de compte.
A l’université, je cherchais toujours la vérité au sens mon existence mais je ne trouvais guère de réponse.
J’avais essayé de demander aux gens leur sens de la vie. Mais beaucoup me disent d’accepter de vivre tout simplement.
Ce genre de réponse me fait en déduire que les gens sont eux-mêmes faibles. Oui c’est bien logique.
Un faible ne peut pas aider un faible. Sinon ce n’est qu’un fort qui peut aider le faible et non le contraire.
Durant ma première année de l’université, j’ai eu une forte dépression à cause de mes pensées négatives et de la rancœurs que j’avais de mes collègues de l’université.
La seule chose que je ne comprenais pas pourquoi ces gens sont heureux pourquoi pas moi.
Qu’est ce qui me manquait pour combler mon vide ?
Chaque matin j’étais en train de pleurer, je ne savais pas quoi faire. Je cherche les réponses je n’en trouvais toujours pas.
Mon père avait remarqué que je n’allais plus à l’université et avait compris mon mal. Et du coup, il m’amena près d’un psychologue pour voir ce que j’avais.
Le psychologue m’a juste prescrit les médicaments et prie à ce que je les prends tous les jours.
Pourquoi continuer à se battre pour vivre alors qu’on n’apprécie même pas le sens de l’existence ?
Au lieu de chercher à garder tout ce fardeau pour moi-même, j’ai essayé de parler à ma mère mon problème. Que je voulais mourir.
Et devinez quoi ? Elle s’est mise en colère contre moi. Puis elle me dit qu’elle m’a mis au monde pour que je vive et non pour me voir perdre la vie comme ça. Dans la vie, il y a l’amour. Sans l’amour nous ne sommes rien.
Les paroles de ma mère m’avaient beaucoup touchée à tel point que j’ai laissé mes larmes coulées.
Ensuite j’avais fait un rêve. Un rêve où j’étais avec une fille souriante. Sa chaleur était tellement si merveilleuse que j’avais envie de m’approcher d’elle. Lorsqu’elle parlait je n’arrivais pas à comprendre ce n’est que vers la fin où elle me souriait en me disant ‘’ exprime ta valeur ‘’ que c’étaient les seules paroles que j’ai pues entendre.
A mon réveil, je sentais à nouveau le vide mais je me posais une question qui était cette fille ? pourquoi me dit-elle d’exprimer ma valeur ? Je ne comprenais pas la signification de ce rêve mystérieuse.
Pendant que je vivais mes 2 ans sans aller à l’université, je voulais rencontrer cette personne qui me souriait. Je voulais mettre à terme à mon existence mais ma curiosité était tellement si forte que j’ai abandonné l’envie de mourir.
Même si mon existence n’avait aucun sens, je ne pouvais pas accepter de mourir sans connaître la vérité sur la signification de ce rêve et cette étrange fille souriante qu’illuminait un espoir que je n’avais jamais vu de ma misérable existence.
Je continuais à chercher la vérité sur le sens de mon existence.
Malheureusement un jour mes parents ont fait un accident de voiture.
Ma mère est morte et mon père est envoyé à l’hôpital.
Je ne savais plus quoi faire. Mon avenir que je cherchais s’est écoulé très vite comme ça.
J’avais peur.
J’avais très peur que mon père puisse mourir en me laissant seule au monde.
Tout ce temps que j’avais consacré pour trouver la vérité fut un échec.
La dernière chose qui me reste à faire c’est d’en finir avec la vie.
Mais avant ça, je dois au moins écrire une partie de ma vie dans un journal intime dans le but de dire que j’ai fait de mon mieux pour vivre dans ce monde cruel et difficile à supporter.
Si vous êtes en train de lire ces passages ça signifie que je suis déjà morte sans aucun regret.
Fin
A suivre
le resumé de ma vie
Je veux mourir
Auteur : Elmarose