Retourner sur visunove, appuyez sur F11 pour une meilleure lecture. Sauvegarder
Je m'étais déjà résignée à ma vie choisie dès ma naissance par mes parents. Devenir une femme riche et belle, avec des manières élégantes, un mari charmant et riche possédant une grande entreprise, ou quelque chose dans ce goût-là.
Je n'avais jamais été rebelle contrairement à mes deux autres sœurs, et là vous devait vous dire ''Elle est sûrement la préférée de ses parents'' mais c’est tout le contraire.
J'avais toujours obéi, était disciplinée et excellais dans la plupart des matières -comme les langues mais les sciences un peu moins- ou jouer des instruments comme le violon ou le piano.
Et pourtant, j'avais toujours été le deuxième choix ou la troisième roue... Mes parents aimaient peut-être le fait que leurs deux autres filles étaient têtus, rebelles et magnifiques contrairement à moi.
Ou peut-être que c'était parce que j'étais la dernière, et que mes parents voulaient à tout prix un garçon. Je n'ai jamais vraiment compris, et j'essayais de ne pas m'en soucier, mais ça devenait de plus en plus dur chaque jour...
Mes deux autres sœurs se ressemblaient beaucoup, presque des clones l’une plus âgé et l'autre plus jeune. De longs cheveux ébènes et des yeux rouges perçants, une silhouette pratiquement parfaite et un caractère à en couper le souffle. Toutes les filles les enviaient.
Et puis il y a moi, qui ne ressemble pas du tout à elles, parfois je me demandais si je faisais vraiment partie de cette famille. J'avais des yeux émeraudes innocents à première vue, de longs cheveux blancs cassé-gris désordonnés, je ne savais pas trop. J'avais une silhouette normale, je n'étais ni laide ni magnifique.
Mon caractéristique particulier était que j'avais l'air innocent, mignonne et jeune -bien sûr je l'étais..- mais je ressemblais encore à un petit enfant non mature. Je faisais toujours semblant d'être encore une enfant, de ne pas comprendre toutes les choses qu'on me dit.
Et puis quelque chose est arrivé, mes parents ont décidé de m'envoyer chez ma tante et mes soeurs chez un oncle. Je n'ai jamais su ce qui était arrivé.
Mais ma nouvelle vie ne faisait que commencer, au début je n'étais pas ravie, mais j'ai fini par me trouver une place parmi les gens normaux.
…...................................................
Mes parents ont décidé de m'envoyer il y a peu chez une tante éloignée de la famille, par ça je veux dire une personne de classe moyenne, c'est comme ça qu'on les appelle chez nous.
J'ai vécu dans un manoir toute ma vie et eu toujours des professeurs particuliers qui venaient chez nous, donc je n'ai jamais été à l'école de ma vie, ni vivre dans la société d'aujourd'hui.
Je ne sais pas trop si je regrette déjà le manoir, ou si je suis contente de pouvoir enfin être une personne non riche, aller à l'école comme tout le monde et avoir des amis..si j'arrive à en avoir.
Je n’ai jamais été sociale, ni asociale non plus, juste une personne introvertie et qui a un manque de confiance en soi. Mes parents l’ont déjà remarqué et m’ont emmené voir certains psychologues, mais ça n’avait rien changé, je ne parlais presque pas.
La voiture s’arrêta en face d’une belle maison à deux étages, toute la rue possédait des belles maisons comme celle-ci de différentes couleurs, mais souvent à deux étages aussi.
Le majordome que ma mère a envoyé pour me conduire chez ma tante m’ouvrit la porte, alla chercher les bagages puis me les tendit. Celui-ci repartit aussi tôt, sympathique dis donc...je décidais alors d’aller toquer à ma désormais nouvelle maison.
Une belle femme mais avec un air sérieux, qui est ma tante, ouvrit la porte.
-Bonjour.
-Hum..bonjour, je suis Kirara Nakami, votre nièce !
-Oh, c’est toi. Entre donc !
Ma tante se décala pour que je puisse rentrer, ce que je fis.
L’intérieur n’était sûrement pas comme le manoir, mais restait agréable quand même.
-REINA !! VIENS DIRE BONJOUR A TA COUSINE !
-J’ARRIVE !!!
Quelques instants plus tard, une fille avec pratiquement les mêmes cheveux que moi, l’oeil rouge et un cache-oeil se présenta à moi.
-Bonjour, je suis Kirara, ravie de vous rencontrer !
-Moi c’est Reina.
Elle avait cet air sérieux de ma tante mais avait l’air tout de même plus sympathique.
-Reina, pourquoi tu ne montrerais pas à Kirara sa chambre et lui faire visiter la maison ?
-Ouais. Suis-moi, c’est à l’étage.
Je suivis cette dernière à l’étage et elle me mena à une chambre simplette, certainement différente de la mienne au manoir, mais je devrais m’y habituer désormais.
-Je suppose que c’est rien contrairement à l’endroit où tu vivais avant, mais faudra faire avec.
-Ce n’est rien, c’est gentil de m’accueillir ici, merci beaucoup.
-Hum, c’est pas moi que tu devrais remercier, mais plutôt ma tante. Et tu devrais vraiment arrêter de parler si formellement.
-Désolée, il va falloir que je m’y habitue.
-Je peux toujours t’aider, t’as l’air sympa. Au fait, tu peux me tutoyer, ici on se tutoie sauf avec les adultes.
-D’accord, je tâcherai de m’en rappeler.
-Bon, je vais te faire visiter la maison, laisse tes valises là.
Je posais ma valise dans un coin de la pièce et Reina me fit visiter la maison, il y avait trois chambres, deux salles de bain, une cuisine, un sous-sol et pour finir, le salon.
C’était vraiment une maison accueillante, et je ne risquais pas de m’y perdre ici.
Quand la visite fut terminée, Reina me ramena à ma chambre et retourna à la sienne qui était en face de la mienne.
Puisqu’il n’y avait rien à faire, je commençais à déballer mes vêtements et les ranger, pareil pour mes affaires de dessin, mon synthétiseur, mes mangas (croyais moi, ce fut difficile des les acheter, ma sœur a réussi à m’en procurer) etc.
-Bon...qu’est-ce que je peux faire maintenant ?
-A TABLE LES ENFANTS !!
Je descendis en bas dans la salle à manger, rejoins par Reina à son tour.
-Comment trouves-tu ta chambre Kirara ?
-Elle est très belle, merci beaucoup pour m’accueillir ici madame.
-Appelle moi Sachi, après tout on va vivre ensemble désormais.
Elle avait l’air sévère au début, mais au final elle s’est révélée sympathique.
-Hum..Sachi, est-ce que vous êtes veuve ?
-On t’a pas appris le tact, on dirait.
-Je suis divorcée.
Je ne posais pas plus de questions car elle n’avait pas l’air de vouloir en parler, je n’ai sûrement pas envie d’être de son mauvais côté dès le premier jour.
-Reina, je compte sur toi pour emmener Kirara au lycée après-demain !
-Ouais, je gère la fougère.
-(Je gère la fougère? Je savais bien que ça allait être difficile de s’intégrer...)
-J’espère que cela ne te dérange pas d’aller en cours dans deux jours Kirara, d’après ce que j’ai compris tu n’y es jamais allé.
-Non, sérieux !? Comment tu as étudié alors ?
-Mes parents m’ont pris des cours par correspondance, pareil pour mes sœurs.
-Oh oui, comment vont Fuki et Emi ?
-Elles sont très bien, toujours aussi indépendantes. Elles vont êtres envoyés à oncle Dai.
-Oh, ce vieux schnock est encore vivant.
-(Schnock ? Cela doit pas être très sympa) Oui, il vit toujours à Tokyo.
-J’ai jamais aimé ce chien galeux...
-REINA ! Surveille ton langage !
-Ouais ouais.
Elles n’ont pas l’air d’avoir une liaison mère-fille, enfin pour ce que j’y connais...Mes parents et moi on ne s’entendait pas si bien que ça.
Après que le repas fut fini, tout le monde remonta à sa chambre, cela ne change pas, c’était pareil au manoir. Peut-être que certaines choses ne changent pas au final.
Je décidais de dessiner ce qui me passait par la tête, j’étais terriblement stressée pour après-demain, je crois bien que c’est la première fois que je me sens comme ça.
Je n’ai pas l’habitude d’être autour des gens aussi, voilà pourquoi je dois me sentir si stressée. Avant, c’était toujours pendant une représentation de violon ou de piano car je ne voulais pas décevoir mes parents et le public.
Je suis le genre de fille qui aime recevoir des compliments (c’est pas pour ça que je suis narcissique), l’avis des gens comptent beaucoup pour moi contrairement à mes deux autres sœurs, une des raisons de pourquoi je ne ressemble pas à elles.
En voyant l’heure si tardive, je me changeais dans mon pyjama et me jetais dans les bras de Morphée.
Le lendemain, je me réveillais assez tôt par habitude, voyant que Reina n’était pas réveillée (elle m’avait proposée de rencontrer certains de ses amis plus tard), je décidais de finir à ranger mes affaires restantes.
Je pris une douche, m’habillais, etc, la routine quotidienne sauf que toute ma garde-robe était constituée de vêtements normaux, et non pas des robes.
Reina débarqua dans ma chambre sans toquer, malheureusement.
-SALUT !!!!
-On t’a jamais appris à frapper avant d’entrer ?
-Euh, ouais, désolée pour ça. T’es prête à sortir !?
-Oui, je te suis.
On descendit en bas et dit au revoir à Sachi, puis elle m’emmena au centre-ville à une dizaine minutes de notre rue.
J’essayais de ne pas la perdre, mais il n’y avait presque personne si tôt donc ce n’était pas compliqué.
Reina ne m’avait pas encore dit où on allait, je me demande bien où vont les adolescentes pour se divertir de nos jours.
On entra dans un bar, en fait, c’était pas ce que je m’imaginais.
-Mais...je ne suis pas majeure....
-J’ai jamais dit que tu devais boire ! Viens je vais te présenter mes amis !
Elle m’emmena à une table dans un coin du bar où des filles et des gars étaient assis.
-Salut Reina ! C’est qui ça ?
-Elle est plutôt jeune pour venir ici, tu crois pas ?
-Les gars, c’est Kirara, ma cousine.
-C’est la gosse riche dont tu nous parlais ?
-Euh...
-Je m’attendais pas à ça, une p’tite gosse, non mais franchement !
-(Qu’est-ce qu’ils leur prend ?)
-Pff, Kirara, c’est quoi ce nom de gamine!?
-Bah ça a lui correspond plutôt bien haha !
-Dis Kina machin, t’as pas ramené du fric avec toi ?
-Que..qu’est-ce que vous racontez ?
-Elle est vraiment conne cette fille en fait, pourquoi tu traines avec elle ?
-Les gars, arrêtez c-
-Bon t’as de l’argent ou non ? Sinon tu peux dégager d’ici, tu sers à rien.
-J-j-j-j-je....
-Parle français au moins !
-Pourquoi tu ramènes une handicapé mentale ici !?
-.......................................................
Pourquoi sont-ils comme ça....Est-ce que les adolescents sont vraiment comme ça? Si méchants, si cruels ?
Je sentais les larmes me venir aux yeux, je finis donc par m’enfuir d’ici et tourner à des coins de rue, sauf que je finis par me perdre car je ne connaissais pas l’endroit.
-Comment je vais faire maintenant !?
-(J’espère que Reina viendra me chercher....mais si elle est comme eux, ça m’étonnerait..)
-Est-ce que tu vas bien ?
-(Est-ce qu’il est comme eux !? J’espère que non...Dieu, si vous m’entendez aidez moi même si je suis pas croyante!)
-Tu m’entends !?
-Je..Oui, oui, désolée.
-Tout va bien ? Pourquoi tu pleurais ?
-C’est...ça n’a pas d’importance, c’est rien du tout.
-Une fille qui pleure n’est pas rien du tout.
-...........................................
-(Peut-être qu’il n’est pas comme eux en fait...)
-Est-ce que tu es perdue ?
-Oui..je suis nouvelle ici, je ne connais pas du tout le centre-ville.
-Je me disais bien que je ne t’avais jamais vu avant ! Dans quelle rue habites-tu ?
-(Heureusement, je me souvenais de son nom!) La rue ****************
-C’est pas loin de ma rue, je peux t’y conduire si tu veux.
-D’accord...merci beaucoup !
Je finis donc par le suivre, il avait l’air d’être quelqu’un de bien et de confiance, ou alors je suis trop naïve...mais je n’ai pas envie de rester perdue toute la journée, et qui sait peut-être toute la nuit.
Sur le chemin du retour, le garçon dont-je-ne-connais-pas-le-nom-et-qui-est-mon- « sauveur » décida de parler.
-Mon nom est Seiki Nishimaru, et toi, si ça ne te dérange pas de me le dire ?
-(Il est préférable de ne pas dire mon nom de famille, j’ai pas envie d’avoir des problèmes, il pourrait me reconnaître...) Kirara, enchantée de vous rencontrer. (Oups, j’ai encore vouvoyé..)
-Tu peux me tutoyer, c’est rare de trouver des gens si polis maintenant.
-Hum, oui..je suppose.
-Quel âge as-tu ? Tu as l’air plutôt jeune pour te balader toute seule dans le centre-ville.
-J’ai 15 ans, mais je n’étais pas seule...Au départ, j’étais avec ma cousine.
-Et tu l’as perdu ?
-(Est-ce que je lui dis la vérité ? Je ne suis pas très bonne aux mensonges, et il est sympa alors...) Non, je me suis plutôt enfuie, à vrai dire.
-Enfuie ? Pourquoi ?
-Ma cousine a voulu me présenter ses amis, mais elle a m’a emmené dans un bar, je ne m’y attendais pas trop. Puis ses amis ont commencé à se moquer de moi en quelque sorte...
-Oh, je vois de quel bar tu parles. Je ne connais pas ta cousine, mais tu ferais mieux de ne pas retourner là-bas, c’est pas la meilleure fréquentation qui s’y trouve.
-J’y comptais pas trop, mais merci quand même.
-Bon, c’est ici, je te remercie de m’avoir ramené !
-Tu m’as assez remercié aujourd’hui, je pense. J’espère qu’on se reverra quand même, à un de ces quatre !
Puis il partit, me laissant seule de nouveau.
Je rentrais à la maison, ma tante se précipitant directement à moi.
-Mon dieu Kirara, ou étais-tu passée !? Reina m’a dit que tu t’étais perdue, on a eu la peur de notre vie !
-Quelqu’un m’a ramené, je suis vraiment désolée d’avoir causé autant de soucis...
-Bon, l’essentiel c’est que tu sois là ! Qui t’a ramené ?
-Hum..il s’appelait Seiki Nishimaru.
-Oh, je connais ses parents ! C’est un bon gars, tu es chanceuse d’être tombée dessus.
-Oui, c’est sûr. Je vais remonter dans ma chambre, à tout à l’heure.
Je montais dans ma chambre, et une seconde après, Reina débarqua à l’intérieur.
-Je suis vraiment vraiment désolée Kirara ! Je pensais pas qu’ils allaient être comme ça, ils sont sympas d’habitude, je sais pas ce qui leur a pris ! J’espère vraiment que tu me pardonneras, je te ramènerai plus là-bas je te jure !
-C’est bon, c’est pas grave... C’est pas de ta faute, je suppose.
-Merci, t’es vraiment sympa de me pardonner !
-Merci de pas avoir dit que je me suis enfuie d’ailleurs...
-Ma mère était assez inquiète comme ça. Tu es rentrée comment en passant ?
-Un gars vraiment gentil m’a aidé, ta mère la connaissait apparemment.
-C’était qui ?
-Seiki Nishimaru.
-....................................
-Reina ? Tout va bien ?
-Euh, ouais ouais, tout va bien !
-Tu le connais... ?
-Je l’ai juste rencontré une fois, je le connais pas vraiment. Je vais te laisser, on se voit demain matin !
Elle sortit aussi vite qu’elle est rentrée, ne me laissant pas le temps de répondre.
-(J’ai appris à reconnaître les gens qui mentent...je me demande pourquoi elle m’a menti, peut-être qu’elle ne s’entend pas avec Seiki?)
Mon téléphone sonna, je répondis directement sans regarder l’appelant.
-Allo ?
-Petite sœur ! Comment ça va !?
-Oh, c’est toi Emi ! Ca va plutôt bien, et toi ?
-Tout va bien pour moi et Fuki, le déménagement s’est bien passée même si Fuki ne s’entendait pas bien avec l’oncle. Et toi, comment est la tante ?
-Elle est vraiment gentil, la maison est très agréable ! J’ai rencontré une cousine d’ailleurs, Reina.
-Oh..oui, j’ai entendu parler d’elle. Et pas que en bien.
-Comment ça ?
-Euh..rien, oublie ce que je viens de dire ! J’espère que la rentrée se passera bien pour toi, je t’appellerai sûrement demain, bonne nuit !
Qu’est-ce qu’ils ont tous à me mentir aujourd’hui !? Peut-être qu’elle parlait de ses fréquentations, je ne sais pas vraiment.
Ma sœur Emi est la deuxième de la famille, et Fuki l’ainée. Je m’entends très bien avec Emi même si nous sommes très différentes, mais avec Fuki c’est l’horreur...Je ne sais pas ce que je lui ai fait, mais elle est toujours désagréable avec moi.
Le reste de la soirée se passa normalement : lecture, dessin, préparation de mon sac, et le repas, mais sans Reina. C’est confirmé, elle connaissait évidemment Seiki, et je suis prête à découvrir ce qu’elle cache !
Mais pour l’instant, je devais me concentrer sur une seule chose : la rentrée.
Fin
A suivre
Un nouveau départ, une nouvelle vie !
Hitobito no ma de ōjo
Auteur : Gnougli